top of page
Rechercher

Les crises de colère

On plante le décor… Un groupe d'enfants pour un goûter partagé et là, votre petit tombe sur le biscuit cassé, c'est le drame ! C'est parti pour une demi-heure de cris, de pleurs et d'opposition plus ou moins violente !




Au-delà des différentes stratégies parentales face à ces situations, je vous propose de comprendre ce qui BIOLOGIQUEMENT provoque une telle réaction disproportionnée. Quand je dis biologiquement, j'entends que votre enfant NE PEUT PAS sur L'INSTANT MÊME agir différemment car il est guidé par son cerveau inconscient.


Ce dernier enclenche un programme automatique (la crise) face à un événement vécu comme "UNE INJUSTICE DANS LAQUELLE JE NE ME SENS PAS RECONNU A MA JUSTE PLACE". Et ce programme s'est mis en place, toujours inconsciemment, au cours d'autres évènements préalables ayant la même "couleur émotionnel".


Dans notre jargon, ces événements préalables sont qualifiés de sur-stress programmant c'est-à-dire que ce sont des situations avec ce même ressenti d'injustice où je ne me sens pas reconnu à ma juste place et au cours desquels je suis dans l'impuissance à agir efficacement. Ils peuvent avoir lieu dans la vie de l'enfant depuis sa naissance ou alors pendant la vie intra-utérine.


Des exemples ? on peut en trouver quelques-uns !

L'annonce d'une grossesse n'est pas toujours un long fleuve tranquille pour la maman… soit pour elle-même, soit pour le conjoint soit encore pour la famille ou au travail.

Si à l'annonce de sa grossesse elle ne reçoit pas l'enthousiasme prétendument attendu, elle peut tout à fait vivre ce ressenti d'injustice où je ne me sens pas reconnu en tant que compagne ou future maman ou femme capable de vivre de sa vie professionnelle de façon libre.


Tout cela étant intégré dans l'impuissance par l'enfant qui n'est à la fois pas en mesure ni d'agir ni de comprendre ce qu'il se passe. Généralement, le même vécu doit être ressenti plusieurs fois pour engendrer une modification comportementale.


Alors se programme un mécanisme de protection face à ce vécu qui peut passer biologiquement par un comportement de révolte, pas toujours socialement très adapté... En effet, la colère est la réaction naturelle face à l'injustice, elle permet de réparer cette dernière. Mais si elle n'a pas été entendue, acceptée, comprise et intégrée, elle peut revenir sous forme de crise de plus en plus spectaculaires.



En comprenant l'origine de ce comportement, il est alors possible de raconter à l'enfant son histoire, avec des mots simples et authentiques quant aux ressentis au moment de l'évènement.


Ensuite, il convient de lui garantir qu'il a pleinement sa place au sein du groupe. Cela passe par des paroles mais également des actes concrets pour lui redonner la pleine confiance. Cela évitera de lui coller une étiquette de "colérique" dont il est souvent bien difficile à se débarrasser dans le sens où elle conforte l'injustice faisant ainsi entrer dans un cercle vicieux.


Dans ces situations, l'accompagnement que je vous propose comprend différentes étapes adaptées à l'âge de l'enfant ou de l'adolescent :


  • retrouver l'événement d'origine

  • partager voire traduire le ressenti

  • trouver les mots et actes qui rassurent

  • utiliser des techniques de détente corporelle pour favoriser le relâchement et la libération (massage, détente du ventre, du crâne…)

  • compléter avec des outils énergétiques (fleurs de Bach, huiles essentielles, eaux florales, gestes symboliques…)




Alors pour retrouver la complicité et la joie de voir évoluer son enfant, vous pouvez prendre rdv par ici !



161 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page